Dans l’existence humaine, le hasard à un double statut. Il est à la fois craint et désiré. L’homme se sent son jouet mais en joue aussi. Il en fait même des maladies. « Ce sont les hasards qui nous poussent à droite et à gauche … », écrit Lacan, et « nous en faisons notre destin ». 
Une femme trouve un collier de perles dans la voiture de son mari. Quelques jours auparavant, elle a rêvé qu’il avait rencontré une autre femme. Une fille découvre que sa mère est atteinte d’un cancer quand elle entend le mot « chimio » dans une conversation entre ses parents. Elle n’avait pas voulu voir dans quel état était sa mère. Un voleur « tombe » - c'est-à-dire qu’il est arrêté – dans la maison même où son père a subi une humiliation. Mais avant de commettre son acte, il ne savait pas qu’il était lié à cette maison par le destin de son père. Nous apprenons en effet mainte vérité par hasard et à nos dépens. 
Le hasard nous fascine, non sans raisons. N’échappe-t-il pas à nos tentatives pour l’apprivoiser ? N’était-il pas jadis représenté par les agissements des dieux sur terre et incarné par leurs messagers ? Le hasard nous mène vers une altérité qui ne se paie pas de mots, bref au réel. 
La complicité entre l’être parlant et le hasard n’a pas échappé à Freud. Il s’en saisit depuis ses trois premiers livres sur l’inconscient pour la détourner à son avantage. Notre inconscient se joue de nous au gré d’un glissement de la langue dans le lapsus, d’une méprise dans l’acte manqué, de la retrouvaille heureuse, dans un rêve, d’un reste diurne avec un désir infantile. Le hasard est donc le levier de ce qui nous détermine.
Le hasard a son mot à dire dans la constitution des  symptômes. Tout n’y est pas réglé par la nécessité ni par le  déterminisme biologique ou social. Étant donné qu’il agit dès l’instant traumatique, on peut  retourner le hasard contre le symptôme. C’est en effet le pas de Freud quand il invente l’association libre, donnant ainsi sa chance à la parole du sujet. 
À la différence de la psychothérapie qui veut supprimer le symptôme par des méthodes quelque peu magiques voire parfois cœrcitives, la psychanalyse, a toujours su amener le sujet à ce croisement des chemins où il peut s’affirmer et choisir malgré la dureté du réel.
Nous donnerons les repères théoriques et cliniques nécessaires à l’articulation entre hasard subi et assumé ; nous proposerons un choix de textes et accueillerons les interventions des participants qui le souhaitent, à partir de leurs pratiques respectives.
Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l\'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
TOUT ACCEPTER
TOUT REFUSER
Analytics
Outils utilisés pour analyser les données de navigation et mesurer l'efficacité du site internet afin de comprendre son fonctionnement.
Google Analytics
Accepter
Décliner
Functional
Outils utilisés pour vous apporter des fonctionnalités lores de votre navigation, cela peut inclure des fonctions de réseaux sociaux.
AddThis
Accepter
Décliner