CARTELS

renseignement cartel LacanPour les renseignements et inscriptions, contactez Sylvie NEVE : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 
 
 "L'Acte de Fondation de l'Ecole freudienne de Paris" 

21 juin 1964 (Extrait)

Jacques Lacan y présente pour la première fois les principes du cartel.

«Ceux qui viendront dans cette Ecole s'engageront à remplir une tâche soumise à un contrôle interne et externe. Ils sont assurés en échange que rien ne sera épargné pour que tout ce qu'ils feront de valable, ait le retentissement qu'il mérite, et à la place qui conviendra. Pour l'exécution du travail, nous adopterons le principe d'une élaboration soutenue dans un petit groupe. Chacun d'eux (nous avons un nom pour désigner ces groupes) se composera de trois personnes au moins, de cinq au plus, quatre est la juste mesure. PLUS UNE chargée de la sélection, de la discussion et de l'issue à réserver au travail de chacun. Après un certain temps de fonctionnement, les éléments d'un groupe se verront proposer de permuter dans un autre. La charge de direction ne constituera pas une chefferie dont le service rendu se capitaliserait pour l'accès à un grade supérieur, et nul n'aura à se tenir pour rétrogradé de rentrer dans le rang d'un travail de base. Pour la raison que toute entreprise personnelle remettra son auteur dans les conditions de critique et de contrôle où tout travail à poursuivre sera soumis dans l'Ecole.»

 
"D'écolage" 

11 mars 1980 (Extrait)

Il s'agit d'un texte lu par Jacques Lacan à son séminaire.

«... Je démarre la Cause freudienne - et restaure... l'organe de base repris de la fondation de l'Ecole, soit le cartel, dont, expérience faite, j'affine la formalisation.

Premièrement - Quatre se choisissent, pour poursuivre un travail qui doit avoir son produit. Je précise : produit propre à chacun, et non collectif.

Deuxièmement - La conjonction des quatre se fait autour d'un Plus-Un, qui, s'il est quelconque, doit être

quelqu'un. A charge pour lui de veiller aux effets internes à l'entreprise, et d'en provoquer l'élaboration.

Troisièmement - Pour prévenir l'effet de colle, permutation doit se faire, au terme fixé d'un an, deux maximum.

Quatrièmement - Aucun progrès n'est à attendre, sinon d'une mise à ciel ouvert périodique des résultats comme des crises de travail.»