Psychanalyse et Transferts Culturels - Cycle de conférences à la Maison de l'Amérique Latine (Paris)

26 septembre 2018 à 21h00

"Transgender psychoanalysis-
A lacanian perspective on sexual difference"

en présence de son auteur Patricia Gherovici

organisé par Diana Kamienny Boczkowski
Maison de l'Amérique Latine
217, BD SAINT GERMAIN Paris 75007 


26 septembre 2018 à 21h

 

"Transgender psychoanalysis-
A lacanian perspective on sexual difference"

en présence de son auteur
Patricia Gherovici



La psychanalyse, accusée de phallocentrisme par certains courants féministes, a néanmoins produit des outils conceptuels, et notamment ceux qui proviennent de la théorie lacanniene, permettant de comprendre le caractère radical, difficile et inquiétant de la sexualité humaine. Impossible d'écrire le rapport sexuel, impossible de définir l'être homme ou l'être femme; "Etre ou avoir", "passif actif", toutces ces métaphores occultent le fait que manque le signifiant du sexe chez l'être humain.
Lacan a identifié le phallus comme le signifiant de ce manque. Serait-ce un phallocentrisme paradoxal, donc? Nos deux premières soirées de cette année seront consacrées à cette question. Diana Kamienny 

 
S'appuyant sur son travail clinique avec des patients "trans", Gherovici fait valoir dans son livre, Transgender Psychoanalysis a lacanian perspective on sexual difference, (Routledge, 2017, New York), que ceux qui sont contraints de changer de sexe le font souvent parce qu'ils font face moins aux problèmes de la sexualité qu’à des questions de vie et de mort. Ce qui est en jeu, nous dit l'auteur " c’est moins la fluidité du genre que de trouver une manière d’être". C'est à partir de ce point que nous aborderons les transferts conceptuels dont Lacan s'est servi pour arriver à sa formulation sur l'impossibilité d'une écriture du rapport sexuel. Impossibilité dont ce livre donne une lecture, avançnt vers un état incontournable de la question.
Gherovici travaille avec la notion lacanienne du sinthome pour proposer "une éthique incarnée du désir qui serait capable de repenser fondamentalement la psychanalyse en prenant au sérieux la question de la mort inscrite dans la sexualité". Elle nous offre une perspective lacanienne originale sur la différence sexuelle. En détachant le concept de genre de celui d'identité sexuelle, en refusant toute normativité et tout essentialisme, le livre de Patricia Gherovici vise à montrer que "la mise en corps trans peut aider à réorienter la pratique psychanalytique". C’est donc une "psychanalyse transgenre" qui doit, selon Gherovici, être élaborée. 
De plus, Gherovici aborde la culture populaire aux USA et parle des classiques de la littérature psychanalytique, mettant en avant la manière prudente avec laquelle Lacan a traité deux patients transgenres. Elle montre les transferts conceptuels que l'élaboration contemporaine en psychanalyse reçoit des champs aussi divers que la culture populaire aux USA comme les gender Studies. Son travail vise à fonder une éthique de la différence sexuelle, ce qui va entraîner de nombreuses implications non seulement pour les cliniciens en psychanalyse, les praticiens de la santé mentale, mais aussi pour les théoriciens et activistes trans-genres.
Patricia Gherovici est  une psychanalyste, d'origine Argentine qui travaille a Philadelphie et à New York. Elle a publié six livres, dont The Puerto Rican Syndrome, qui a gagné plusieurs prix, publié en francais sous le titre de Lacan dans le ghetto: Psychanalyser le syndrome Puerto-ricain,Editions au bord de l'eau, Paris 2017. 
Nous aurons le plaisir de partager notre soirée avec Geneviève Morel est psychanalyste à Paris et à Lille. Ancienne élève de l’École normale supérieure, agrégée de mathématiques, docteur en psychologie et présidente de la revue Savoirs et clinique (érès), elle co-anime un séminaire à l’UHSA de Seclin (CHRU de Lille). Ses recherches portent sur l’ambiguïté sexuelle, le pouvoir des images, le suicide et le crime. Ambiguïtés sexuelles : sexuation et psychoses, Paris, Economica-Anthropos, 2000 L’œuvre de Freud : l’invention de la psychanalyse, Paris, Bréal, 2006. "La Loi de la mère : essai sur le sinthome sexuel", Paris, Economica-Anthropos,2008. Clinique du suicide, Toulouse, Érès, 2010. Terroristes. Les raisons intimes d’un fléau global, Paris, Fayard (à paraître octobre 2018) et Beatriz Santos psychanalyste, maîtresse de conférences au département d'Etudes Psychanalytiques de l'Université Paris Diderot et co-éditrice de la Revue Recherches en Psychanalyse (France) et de la Revista Lacuna (Brésil). 
La soirée se déroulera en français.

Entrée libre dans la mesure de places disponibles

Inscription obligatoire sur 

psychanalyse@transferts-culturels.com   ou sur le site du cycle

http://psychanalyse-et-transferts-culturels.com/about-3/